A.P.E.L St Yves St Pierre - 22580 Plouha

Les chiffres de la rentrée dans l'enseignement catholique

Enseignement catholiques : les chiffres de la rentrée 2010 Imprimer Envoyer

courbe-tableauAvec 2 020 216 millions d'élèves scolarisés cette année, l'Enseignement catholique connaît une hausse de 0,4% de ses effectifs.


Les principaux chiffres de la rentrée 2010

- premier degré : 847 183 élèves (idem 2009)
- second degré : 1 123 109 élèves (+ 0,7 %)
- enseignement agricole : 49 924 élèves (-1,1 %)

Soit un total de 2 020 216 élèves à la rentrée 2010.

Une augmentation du nombre d'élèves, mais 2000 suppressions de postes prévues pour 2011
L'enseignement catholique a accueilli 7165 élèves supplémentaires par rapport à la rentrée 2009. Eric de Labarre, Secrétaire général de l'Enseignement catholique, parle d'une rentrée satisfaisante, puisque les effectifs dans le premiers degré se sont stabilisés et que ceux du secondaire continuent d'augmenter. En revanche, le recul des élèves scolarisés dans l'enseignement agricole "oblige à réfléchir au contenu des formations" a t-il déclaré.

Malgré ces bons résultats, Eric de Labarre déplore les suppressions de postes qui touchent l'Enseignement catholique : " Depuis 4 ans, l'Enseignement catholique a rendu 4600 emplois, alors que le nombre d'élèves à crû de 24 000. En 2011, 2012 et 2013, nous devrons rendre entre 1500 et 2500 postes". Une situation qui risque de toucher directement les élèves et leurs familles, puisque "si les retraits envisagés sont mis en oeuvre sans mesure struturelle, il va falloir fermer un nombre important d'établissements, a annoncé Eric de Labarre, probablement 1000 écoles, 100 collèges et 70 lycées.
Une situation d'autant plus préoccupante que les demandes des familles ne cessent de croître : entre 30 000 et 40 000 élèves n'ont pas pu être inscrits cette année, faute de place dans les établissements.

Des propositions concrètes
Soucieux de chercher des solutions tout en maintenant le dialogue, le Secrétaire général de l'enseignement catholique va formuler plusieurs pistes auprès du gouvernement et des parlementaires :
- réduire le volume horaire d'enseignement des élèves dont on sait qu'il est l'un des plus élevés d'Europe ;
- promouvoir le dévelopement de l'intercommunalité dans le premier degré, en regroupant par exemple systématiquement les classes de moins de 24 élèves.
"Nous ne prétendons pas détenir toutes les solutions (...) mais nous exigeons leur expérimentation". C'est pourquoi Eric de Labarre souhaite la création d'une commission parlementaire consacrée à l'enseignement.



06/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres